Reconnaissance faciale : vie privée vs avancée technologique

Parmi les tendances technologiques du moment, nous retrouvons des innovations utilisant des outils de reconnaissance faciale.

Déjà en 2014, nous avons assisté au lancement du système de reconnaissance faciale DeepFace, propriété du réseau social Facebook. DeepFace avait fait le buzz car ce système permet d’identifier une même personne sur deux photographies différentes avec un taux de précision de 97,5%, soit un taux de reconnaissance équivalente à celle d’un être humain.

L’avantage considérable de Deepface réside dans sa base de données Social Face Classification, une bibliothèque de 4,4 millions de visage obtenue à partir des pages Facebook de 4000 utilisateurs. Learned-Miller a dénoncé ici un manque de transparence de la firme car « implicitement » la licence de Facebook  autorise l’entreprise à utiliser les données de ses utilisateurs. Par ailleurs, l’intelligence du programme surmonte même les problématiques liées au vieillissement, au type de pose, à l’éclairage ou encore à l’expression du visage. Ainsi, l’algorithme peut modéliser le portrait en 3D de la personne photographiée à partir du peu de ce qu’il voit de son visage. Dans un de ses articles, le Huffington Post avait qualifié DeepFace de « technologie perturbante ». Maintenant, initialement, DeepFace a pour rôle de protéger les utilisateurs de Facebook en les alertant qu’ils apparaissent dans une photo mise en ligne et ainsi leur donner le choix de flouter leur visage pour conserver leur anonymat.

Cette année, la reconnaissance faciale a également été intégrée dans des innovations pertinentes, par exemple à vocation médicale. Au UK, Genetic Disease Detection a été lancé sur le marché en vue de permettre la détection de maladies génétiques par reconnaissance faciale.

Développé à l’université d’Oxford, ce programme repose sur une base de données de 3000 patients. Il faut savoir qu’entre 30% et 40% des maladies génétiques engendrent des changements au niveau du visage ou du crâne. Ainsi, ce logiciel effectue des corrélations par reconnaissance faciale entre les nouveaux patients et ceux atteints de maladies génétiques identifiées dans la base. Il permet également de regrouper des patients présentant les mêmes symptômes faciales et dont la maladie génétique demeure inconnue. Les médecins peuvent alors découvrir potentiellement de nouvelles maladies génétiques et étudier les mutations ADN qui les caractérisent. Cette nouvelle technologie a pour rôle d’apporter un soutien complémentaire aux spécialistes lors de la réalisation de leur diagnostique. “A doctor should in future, anywhere in the world, be able to take a smartphone picture of a patient and run the computer analysis to quickly find out which genetic disorder the person might have”, Dr Christoffer Nellaker.

Lors du Consumer Electronics Show 2015, il y a également eu la sortie de la nouvelle caméra de surveillance Netatmo avec reconnaissance faciale : Welcome. Elle combine vidéo HD et infrarouge, reconnaissance faciale, capteurs de mouvement et application mobile.

L’utilisateur enregistre les visages des occupants du foyer familial et par la suite ils seront identifiés lors de leurs passages dans le champ de vision de la caméra. Une notification pourra alors être envoyée à l’application mobile. Ainsi, Une mère inquiète pourra savoir à distance que ses enfants sont bien rentrés. Inversement, ce dispositif peut également nous informer par notification qu’un « inconnu » a pénétré l’espace du foyer familial. Les images filmées sont accessibles en temps réel sur l’application mobile et enregistrées sur la carte SD présente dans la caméra.

Maintenant, je reste sceptique sur la manière dont cette reconnaissance faciale sera prochainement utilisée. Comment le marché de la reconnaissance faciale va t-il évoluer ? Que vont devenir toutes les informations collectées ? Brian Mennecke a souligné : il s’agit de pouvoir vous observer dans la foule. Vous ne pouvez pas échapper à la reconnaissance faciale« . Ce chercheur prédit que l’identification faciale pourrait permettre aux publicitaires de suivre le profil du public ciblé, connaître ses préférences et proposer des prix en adéquation avec ses habitudes de consommation. Jackpot pour la mise en place de stratégies marketing one-to-one  maintenant cela peut devenir un peu intrusif.

Gaëlle Miranville
Attention Digital, j’arrive ! #SEO #Curieuse #RéseauxSociaux #Passionnée
Gaëlle Miranville

A propos Gaëlle Miranville

Attention Digital, j’arrive ! #SEO #Curieuse #RéseauxSociaux #Passionnée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.